Dernières nouvelles des flamants roses du Fangassier

Les flamants roses qui nichent depuis plusieurs décennies sur l'étang du Fangassier, ont été confrontés à des conditions particulièrement défavorables cette année.

Fin mai, un survol avait en effet permis de dénombrer plus de 10 000 couples majoritairement installés sur l'ancien îlot aménagé en 1970 par les Salins du Midi en collaboration avec Alan Johnson de la Tour du Valat, ainsi que sur le nouvel îlot aménagé en 2015 par le Parc de Camargue pour quelques centaines d'entre eux.

Quelques jours plus tard, on ne dénombrait cependant plus que quelques 3000 couples avant que la colonie ne soit finalement complètement abandonnée à la fin du mois de mai.

Vue aérienne en mai 2015 du nouvel îlot du Fangassier (en bas à droite) construit grâce au Life+ MC-SALT et de l’ancien îlot désormais relié à la digue centrale (© Tour du Valat)

Il est probable que cette désertion soudaine soit le résultat de dérangements imputables aux incursions d'un ou plusieurs renards roux, des prédateurs habituels des œufs et des poussins de flamants, sans pouvoir toutefois exclure l'hypothèse d'un survol aérien à faible altitude.

Le baguage des flamants roses n'aura donc, une fois n'est pas coutume, pas lieu en 2016 !

Une mauvaise nouvelle pour les habitués de ce rendez-vous toujours convivial, mais cependant sans conséquence pour la population de flamants roses. Espèce très longévive, il a en effet été montré par des modélisations démographiques que la population de flamants camarguais pouvait se perpétuer sans problème en ne nichant que tous les deux ou trois ans.

C'est d'ailleurs tout l'enjeu des importants travaux d'aménagements qui ont été réalisés en 2015 dans le cadre du projet Life+ MC SALT, et qui ont abouti à la construction d'un nouvel îlot davantage isolé des prédateurs terrestres et à la confection de 600 nids artificiels ; le souhait étant, à long-terme, celui d'une reproduction de la colonie plus dépendante des conditions météorologiques naturelles et des niveaux d'eau printaniers, et donc à priori plus irrégulière.

Les participants au chantier de construction des nids artificiels sur le nouvel îlot en novembre 2015 (© J. Roché)

Si l'ensemble de la colonie n'a pas encore adopté le nouvel îlot en 2016, signalons toutefois qu'environ 800 flamants ont tenté de s’y installer, alors que l'ancien îlot construit en 1970 n'avait pas été colonisé avant quatre années. Gageons donc que dès les prochaines années, les flamants du Fangassier adopteront rapidement ce nouvel aménagement plus sûr pour eux.

Malgré l'absence de baguage estival la situation 2016 reste donc globalement positive, et dans tous les cas sans conséquence pour les flamants camarguais !