Les zones humides

Depuis des millénaires, les zones humides (lacs, étangs, lagunes, gravières, estuaires, tourbières, vallées alluviales, mares, marais, ruisseaux, prairies inondables,…) fournissent aux humains des ressources essentielles – eau, nourriture, plantes, animaux, matériaux divers et voies d’accès – qui sont à la base de leurs activités sociales, économiques et culturelles.

Au niveau international, la Convention de Ramsar (Convention relative à la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources), signée en 1971 dans la ville iranienne du même nom, a adopté une large définition des zones humides comprenant tous les lacs et cours d’eau, les aquifères souterrains, les marécages et marais, les prairies humides, les tourbières, les oasis, les estuaires, les deltas et étendues intertidales, les mangroves et autres zones côtières, les récifs coralliens et tous les sites artificiels tels que les étangs de pisciculture, les rizières, les retenues et les marais salés.

© Agence de l’eau

Les zones humides sont vitales pour la survie de l’humanité. Figurant parmi les écosystèmes les plus divers et les plus productifs, elles fournissent des services essentiels et d’innombrables espèces de plantes et d’animaux en dépendent pour leur survie. Elles continuent toutefois d’être dégradées et transformées pour d’autres usages anthropiques (industrie, tourisme, urbanisation, agriculture, etc).

Les zones humides méditerranéennes ne font pas exception, et font face à de fortes et multiples pressions tout autour du bassin.

Vous trouverez dans la cette section :