Objectifs du projet

Regroupant un consortium de 40 instituts de recherche, le projet européen Ecopotential vise à suivre et modéliser l’état et les tendances des écosystèmes et des services qu’ils procurent en s’appuyant sur une vingtaine de sites pilotes, incluant la réserve de biosphère de Camargue (voir le site du projet).

Carte des sites d’étude du projet européen Ecopotential (cliquer pour agrandir)

La méthodologie repose sur l’utilisation/acquisition de données terrain et aéroportées exploitée, selon des approches innovantes en géostatistique et écologie des macro-système.

L’objectif du projet est double :

  • Développer des outils en télédétection pour suivre l’évolution des zones humides de Camargue,
  • Préserver la fonctionnalité et les services rendus par les zones humides de Camargue

Contexte

La réserve de Biosphère de Camargue (delta du Rhône) couvre 1930 km2 dans le sud de la France, dont 480 km2 en mer Méditerranée. On y trouve plusieurs zones humides emblématiques incluant des sansouires, des roselières, des lagunes, des marais d’eau douce, des prairies humides, des marais saumâtres semi-permanents et des mares temporaires. Ces milieux sont entrecoupés d’agrosystèmes dominés par les rizières et les salins.

Par un réseau complexe de canaux d’irrigation et de drainage, environ 730 millions m3 d’eau douce sont pompés depuis le Rhône chaque année à l’intérieur du delta, pour compenser l’endiguement du fleuve et éviter la salinisation du sol.

Cette eau douce est principalement utilisée pour la riziculture, mais contribue également à maintenir ou augmenter les services écosystémiques associés aux zones humides tels que l’écotourisme, la conservation de la biodiversité, la chasse au gibier d’eau, la pêche professionnelle et de loisir, la récolte du roseau et le pâturage par les taureaux et les chevaux de Camargue. Dans la partie sud du delta, 100 millions de m3 d’eau de mer sont pompés à l’intérieur des lagunes pour la production du sel.

L’équilibre fragile entre les écosystèmes terrestres et aquatiques d’eau douce et salée est menacé par les changements climatiques qui modifieront à la fois les précipitations, l’évapotranspiration, le débit du Rhône et le niveau de la mer. Les forces du marché mondial peuvent également modifier les patrons d’exploitation des ressources et notamment l’allocation de la ressource en eau.

Le défi consiste donc à maintenir la diversité des zones humides de Camargue et de leurs services, tout en préservant la flore et la faune méditerranéennes.

Durée d’inondation des zones humides de Camargue en mois par année pour la période 2015-2017 telle qu’estimée par des images du satellites européen Sentinel2 validées avec des données terrain (cliquer pour agrandir)

Résultats attendus

Le projet ECOPOTENTIAL associe télédétection et modélisation, afin de suivre et appréhender au mieux les changements à court et long terme susceptibles d’affecter les écosystèmes humides de Camargue et les services qu’ils procurent à l’Homme.

L’objectif est de faciliter le travail des gestionnaires des aires protégées, en leur fournissant des outils prêts-à-l’emploi permettant de relier leurs observations in situ avec des données de télédétection.

Ainsi, des outils pour cartographier les superficies en eau sur une base mensuelle, ou la matrice agricole (types de cultures) sur une base annuelle, seront développés en utilisant entres autres les satellites européens récents (Sentinel). Les projections climatiques à l’horizon 2050 et 2100 seront analysées pour déterminer leur impact sur l’hydrologie des marais de Camargue et de l’ensemble du pourtour méditerranéen.

Ces informations seront partagées et utilisées pour promouvoir des modes de gestion et d’adaptation auprès des différents acteurs, et identifier les secteurs propices à la restauration ou création de zones humides pour les prochaines décennies.

Évolution des zones humides du bassin méditerranéen à l’horizon 2100 si la tendance actuelle des émissions de gaz à effet de serre se poursuit (cliquer pour agrandir)

Équipe

Responsable du projet  : Brigitte Poulin & Ilse Geijzendorffer

Départements : Écosystèmes et Observatoire des zones humides méditerranéennes

Membres impliqués : Samuel Hilaire, Gaëtan Lefebvre, Clément Merle, Lauren Redmond, Loïc Willm.

Dates du projet : 2015 à 2019

Partenaires

Partenaires techniques

Partenaire financier

Ce projet a reçu le soutien financier du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne, avec l’agrément n° 641762.

Publication(s)

Geijzendorffer IR, van Teeffelen AJ, Allison H, Braun D, Horgan K, Iturrate-Garcia M, Santos MJ, Pellissier L, Prieur-Richard AH, Quatrini S, Sakai S. How can global conventions for biodiversity and ecosystem services guide local conservation actions?. Current Opinion in Environmental Sustainability. 2017 Dec 31;29:145-50.

Hummel C., Provenzale A., van der Meer J., Wijnhoven S., Nolte A., Poursanidis D., Janss G., Jurek M., Andresen M., Poulin B., Kobler J., Beierkuhnlein C., Honrado J., Razinkovas A., Stritih A., Bargmann T., Ziemba A., Bonet-García F., Adamescu M.C., Janssen G., Hummel H. 2017. Ecosystem services in European protected areas: Ambiguity in the views of scientists and managers? PLoS One. 2017 Nov 15;12(11):e0187143. doi: 10.1371/journal.pone.0187143. eCollection 2017.

Navarro LM, Fernández N, Guerra C, Guralnick R, Kissling WD, Londoño MC, Muller-Karger F, Turak E, Balvanera P, Costello MJ, Delavaud A. et al. Monitoring biodiversity change through effective global coordination. Current Opinion in Environmental Sustainability. 2017 Dec 31;29:158-69.

Perennou C., Guelmami A., Paganini M. Philipson P., Poulin B., Strauch A., Tottrup C., Truckenbrodt J., Geijzendorffer I.R. in press. Mapping Mediterranean wetlands with remote sensing: a good –looking map is not always a good map. In Elsevier Series: Advances in Ecological Research. Volume 58. Ecological Biomonitoring (Bohan D, Dumbrell A, Woodward G, Jackson M, eds).