Type de contrat : CDI

Date limite de réception : 15 février 2023

La Tour du Valat est une fondation privée reconnue d’utilité publique, créée il y a plus de 65 ans par Luc Hoffmann et œuvrant à la conservation des zones humides méditerranéennes. Ses activités sont déployées avec le souci constant de réconcilier l’humanité et la nature. Convaincue que la préservation des zones humides ne sera possible que si activités humaines et protection du patrimoine naturel vont de pair, la Tour du Valat développe depuis de nombreuses années des programmes de recherche et de gestion intégrée qui favorisent les échanges entre utilisateurs et scientifiques des zones humides, mobilise une communauté d’acteurs et promeut les bénéfices des zones humides auprès des décideurs et des acteurs socio-économiques.

La Tour du Valat emploie environ 90 personnes, ainsi qu’une vingtaine de services civiques, volontaires européens et doctorants. Elle héberge également plusieurs autres structures (associations, service de l’OFB).

La Tour du Valat recrute un.e Chef.fe de Projet « Solutions fondées sur la Nature en Méditerranée ».

Contexte

Dans le cadre du développement de son activité, la Tour du Valat ouvre un poste de Chef.fe de Projet « Solutions fondées sur la Nature en Méditerranée ». Pour les quatre premières années (2023-2026), ce.tte chef.fe de projet se consacre entièrement
à la mise en œuvre du projet RESCOM (Renforcer la résilience des écosystèmes en Méditerranée), qu’il coordonne et dont il œuvre à étendre progressivement le champ d’activité, ainsi qu’à l’animation du Consortium Méditerranéen pour la Biodiversité (CMB) composé de l’AIFM – l’Association Internationale des Forêts Méditerranéennes, l’UICN-Med – le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’UICN, MedWet – l’initiative pour les zones humides de Méditerranée, MedPAN – le Réseau des Aires Marines protégées de Méditerranée, PIM- l’initiative pour les Petites Îles en Méditerranée et la Tour du Valat (TdV), avec le soutien du Conservatoire du littoral.
La finalité du projet RESCOM est de renforcer la résilience sociale et environnementale des espaces naturels vulnérables en Méditerranée (mer, littoraux, forêts, petites îles et zones humides) pour faire face aux défis sociaux et économiques connexes, à travers la mise en œuvre de Solutions fondées sur la Nature (SfN) et selon une approche plus intégrée. Le projet vise à restaurer et améliorer le fonctionnement écologique et les services fournis par divers écosystèmes, en appuyant et impliquant
les acteurs locaux et les populations riveraines à travers des activités de sensibilisation, formations et d’accompagnement technique ou institutionnel (pour favoriser des modes de gestion de la biodiversité pérennes).
Le projet RESCOM est porté par le CMB, regroupant six organisations ayant une expertise reconnue dans le bassin méditerranéen et signataires d’un Mémorandum d’entente en mars 2021. Il vise 3 objectifs spécifiques :

  • Renforcer les capacités des parties prenantes aux niveaux régional, national et local à conserver les écosystèmes par une approche intégrée multi-biomes, multi-partenariale et la mise en œuvre de Solutions Fondées sur la Nature ;
  • Mettre en place des mécanismes communs au CMB lui permettant d’agir à différents échelons (local, national, régional), niveaux (politique, terrain) et auprès de différentes catégories d’acteurs pour promouvoir l’appropriation et la mise en œuvre des SfN en Méditerranée ;
  • Concevoir et mettre en oeuvre des SfN démonstratives sur des sites pilotes situés en Albanie, au Maroc, au Monténégro, en Tunisie et en Turquie, pour faire face à la perte de biodiversité, aux changements climatiques et aux défis sociaux connexes.

La maîtrise d’ouvrage de ce projet est assurée conjointement par cinq organisations (MedWet, Initiative PIM, AIFM, Tour du Valat et UICN-MED), membres du CMB, en partenariat avec le Conservatoire du littoral. MedPAN, membre du Consortium, est associé à la mise en œuvre du projet, mais n’assure pas l’exécution directe d’activités. Une équipe composée d’un.e  coordinateur.rice de projet, objet du présent recrutement, et d’un.e chargé.e de gestion administrative et financière,
entièrement dédiée à la facilitation de ce projet (dénommée la Facilitation de projet) et du CMB est recrutée et hébergée par la Tour du Valat.

La maitrise d’œuvre des activités régionales est assurée en partie par les membres du CMB et par la Facilitation de projet. La mise en œuvre des activités dans les sites pilotes est pilotée par le membre du CMB responsable de chaque site, avec l’appui d’opérateurs locaux. Il est appuyé par un deuxième membre du CMB pour garantir l’approche intégrée multi-biomes et partenariale du projet. Le projet s’étend sur une période de 4 ans du premier semestre 2023 à la fin 2026, avec évaluation,
rapport et décomptes finaux attendus avant juin 2027. Le budget total du projet s’élève à 5,27 millions d’euros, dont 1 520 000 euros fournis par le FFEM et 994 000 Euros par la Fondation MAVA, le reste étant apporté par les membres du consortium sous
forme de cofinancements.

Le document de projet est disponible sur demande auprès de Florence Daubigney : [email protected].

Descriptif du poste

Placé.e au sein de l’équipe « Gestion et restauration des écosystèmes naturels et agricoles » à la TdV, le.a chef.fe de projet joue un rôle clé dans les activités de conservation et de restauration des écosystèmes méditerranéens, y compris en matière de sensibilisation, renforcement des capacités, plaidoyer et communication.

Le.a chef.fe de projet développe et met en œuvre des projets visant à soutenir l’opérationnalisation du concept de Solutions fondées sur la Nature (SfN) dans l’ensemble du bassin méditerranéen. Il.elle travaille en étroite collaboration avec les membres de son équipe et de façon transversale avec l’ensemble des experts et chercheurs de la Tour du Valat, en fonction des besoins.

Il.elle recherche des financements auprès d’une large gamme de bailleurs de fonds, développe et collabore activement avec un large réseau de partenaires régionaux, nationaux et locaux (ONG, organisations internationales, autorités nationales et locales, scientifiques…), assure le suivi budgétaire, le rapportage et la communication autour des projets dont il.elle a la charge.

Pendant les quatre premières années (2023-2026), le.a chef.fe de projet :

  • Assure l’animation du Consortium Méditerranéen pour la Biodiversité (CMB), en lien étroit avec le membre exerçant le secrétariat (tournant annuellement) : programmation, facilitation et animation du dialogue et des sessions d’échange et de travail entre les membres du CMB, ainsi qu’avec leurs partenaires régionaux privilégiés.
  • Facilite et coordonne la mise en œuvre du projet en collaboration constante avec l’assistant.e administratif et financier au sein de la Facilitation de projet, les membres du consortium, les partenaires de mise en œuvre à l’échelle régionale comme dans les sites pilotes. Cela implique notamment de :
  • assurer la programmation annuelle budgétaire et des activités, leur suivi opérationnel, ainsi que l’organisation et le secrétariat des réunions du comité de pilotage régional du projet ;
  • mettre en œuvre directement certaines activités, notamment régionales ;
  • soutenir les membres du CMB et leurs partenaires dans la mise en œuvre des activités dont ils ont la responsabilité.
  • Accompagne les différents exercices de capitalisation prévus (en matière de formations, outils et expertise des membres du CMB ; et de guides, travaux, bonnes pratiques sur les SfN et autres concepts clés).
  • Coordonne la communication autour du projet, en étroite collaboration avec les équipes Communication des partenaires du CMB.
  • Représente le projet, en fonction des opportunités, dans de multiples arènes locales, nationales, régionales et internationales.
  • Définit et coordonne le dispositif de suivi-évaluation-apprentissage du projet et en assure le rapportage auprès du comité de pilotage régional et du FFEM.
  • Recherche activement des financements complémentaires afin d’accroître le volume d’activité et l’impact du projet, que ce soit au niveau régional, sur les sites pilotes existants ou en ouvrant la possibilité d’étendre le projet à de nouveaux sites pilotes.
  • Développe et pilote la « stratégie de sortie » du projet pour l’après 2026 en termes de pérennité des activités et des acquis.

Profil et compétences

Éléments requis :

  • Bac+5 (diplôme d’ingénieur ou master 2) dans un des domaines suivants : écologie, agronomie, économie de l’environnement, sciences politiques, géographie ou droit.
  • Expérience d’au moins cinq ans dans le domaine de la gestion de l’environnement.
  • Expérience réussie en montage et gestion de projets complexes à l’international, y compris le rapportage technique et financier et communication.
  • Expérience réussie en recherche de financements (agences d’aide au développement, fondations, financements européens…).
  • Très bonne connaissance des enjeux, problématiques et principaux acteurs intervenant dans le bassin méditerranéen sur la conservation de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique.
  • Connaissance des zones humides et problématiques associées, et intérêt prononcé pour les autres écosystèmes méditerranéens, notamment marins, littoraux, insulaires et forestiers.
  • Familiarité avec les enjeux d’adaptation au changement climatique et bonne maîtrise des bases scientifiques associées.
  • Excellentes qualités rédactionnelles et d’expression orale, habitude et goût pour la prise de parole en public.
  • Grandes capacités de coordination, d’animation et de facilitation du dialogue inter-organisations.
  • Capacités de synthèse, autonomie et esprit d’initiative, goût du travail en équipe, qualités relationnelles, de dialogue, d’écoute et sens de la diplomatie.
  • Capacités d’encadrement et respect des délais.
  • Français et anglais courant à l’écrit comme à l’oral.

Constitueraient des atouts :

  • Expérience en conception et mise en œuvre d’activités de renforcement des capacités et de plaidoyer.
  • Connaissances en matière d’outils cartographiques et systèmes d’information géographiques.
  • Maîtrise d’une troisième langue méditerranéenne.

Aspects pratiques

Le.a Chef.fe de Projet sera placé(e) sous la supervision de la coordinatrice du thème « Gestion et restauration des écosystèmes naturels et agricoles ».

Contrat à durée indéterminée à temps plein, après période d’essai de 3 mois, renouvelable une fois. Statut cadre.

Lieu de travail : Tour du Valat, Le Sambuc, 13200 Arles, France, avec des déplacements nationaux et internationaux, en particulier dans le bassin méditerranéen.

Télétravail possible 2 jours par semaine.

Date de prise de fonctions : dès que possible.

Rémunération : Groupe H ou H+ selon la convention collective ECLAT, soit 2800 € à 3200 € brut mensuel, selon expérience professionnelle – à affiner avec grille TdV quand TDR finalisés.

Avantages : mutuelle, repas de qualité (bio, local…) à la cantine pris en charge à 70% par l’employeur, prise en charge de l’abonnement transports en commun locaux à hauteur de 60%, cadre de travail unique au cœur de la Camargue.


Comment postuler

Envoi des candidatures par courriel à Florence Daubigney : [email protected]

(Référence à indiquer : «TdV 2023 Chef.fe de projet SfN Nom candidat») au plus tard le 15 février 2023 à minuit (heure de Paris), comportant :

  • Une lettre de motivation
  • Un curriculum vitae
  • Deux contacts de référents

Les candidat.e.s présélectionné.e.s seront convoqué.e.s pour un entretien. Les dossiers incomplets ne seront pas examinés.

Pour toute question sur le processus de soumission de candidatures, merci de vous adresser à Florence Daubigney : [email protected]

Pour aller plus loin

Téléchargements