Initiative 2 : Participation active de la Tour du Valat aux 8èmes Journées internationales « Oiseaux d’eau et zones humides » au Maroc

La 8ème édition des Journées internationales « Oiseaux d’eau et zones humides » s’est tenue à Khenifra, au Maroc, les 19 et 20 mai derniers. Organisées par l’École supérieure de technologie de Khénifra en partenariat avec le Groupe de Recherche pour la Protection des Oiseaux (Grepom/BirdLife Maroc), l’Institut scientifique de Rabat, le Haut-Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLD) et la Tour du Valat, ces journées ont permis des échanges conviviaux et riches entre chercheurs, étudiants et techniciens de différents pays d’Afrique du Nord.

La Tour du Valat a participé pour la troisième fois à cet événement international, y apportant des éléments de discussions sur l’importance de mobiliser les connaissances pour mettre en œuvre une conservation efficace des zones humides, en exposant le travail de l’Observatoire des zones humides méditerranéennes (OZHM) ainsi que celui du Réseau oiseaux d’eau Méditerranée (ROEM).

Le premier projet a permis de souligner l’importance des indicateurs et de l’indice Planète vivante afin d’évaluer l’état qualitatif des zones humides.

Dans le cadre du second projet, la Tour du Valat a réalisé depuis 2012 des actions de suivi, de formation et de gestion de zones humides dans les cinq pays nord-africains (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye et Égypte) en collaboration avec des institutions locales et l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) en France. Ce projet a ainsi permis d’améliorer notablement les connaissances sur les populations d'oiseaux d’eau et sur les zones humides en Afrique du Nord (en savoir plus), et en contribuant à la mise en place de conventions internationales telles que l’AEWA (en savoir plus) et la Convention de Ramsar.  

Les interventions de nombreux experts et de jeunes chercheurs marocains, algériens et tunisiens ont permis de croiser les regards et de partager méthodes et diagnostics. Les journées se sont conclues par une liste de recommandations aux plus hautes autorités locales et nationales, afin d’améliorer la connaissance et la gestion des zones humides au Maroc.

Visite de terrain à l'occasion des Journées internationales "Oiseaux d'eau et zones humides" sur le site marocain d'Aguelman-Aziga (© L. Dami / Tour du Valat)

 

Le besoin d’une plus grande approche multidisciplinaire et internationale a notamment été identifié, afin de mieux appréhender la complexité de ces milieux d’interface. Le partage actif des données et des expériences doit également être promu, afin d’améliorer et harmoniser les connaissances et les mécanismes visant à rendre plus fertile le dialogue entre chercheurs et acteurs de la conservation et du développement.

Ces journées, préparées et menées avec beaucoup de compétence, d’enthousiasme et de convivialité, sont le témoignage du dynamisme des acteurs nord-africains des zones humides, notamment au Maroc, et de leur volonté à contribuer activement au dialogue inter-méditerranéen.